En Suisse, un divorce peut quasiment ne rien coûter ou coûter très cher. Pour qui bénéficie d’une assistance juridique, il ne coutera presque rien. À l’autre extrême, pour un divorce « classique », il faut, dans le meilleur des cas, compter au moins  CHF 10.000, et le plus souvent bien plus.

Divorce à Vaud ou à Genève avec ou sans avocat… ?
Source : www.divorce.ch

Or, entre les deux, il existe une solution tout à la fois si économique et si pratique que 9 divorcés sur 10 l’ont choisie. De quoi s’agit-il ? Du divorce à l’amiable que la législation suisse a largement favorisé depuis sa transformation des années 2000. Ainsi qu’on peut le découvrir sur le site spécialisé dans le divorce en ligne divorce.ch (https://divorce.ch/ ), on peut, en ce cas, encore alléger la facture en se dispensant d’avocat grâce à ses aides en ligne (valables aussi pour une séparation). Si l’on fait ce choix, le coût financier du divorce peut se limiter aux droits de greffe demandés par le tribunal, augmentés des CHF 550 de l’aide en ligne pour effectuer toutes les démarches administratives (ou de CHF 460 pour une « simple » séparation).

Pour bien établir sa « convention de divorce »

Pour divorcer à l’amiable, il faut adresser un certain nombre de papiers au tribunal. Or, il ne suffit pas d’être d’accord pour divorcer par consentement mutuel. Il faut aussi se mettre d’accord sur ce qu’on appelle les « effets accessoires du divorce » avant de passer devant le juge. D’où la fameuse convention de divorce suisse dont divorce.ch propose une présentation sur cette page !